• EN  FR 
France
Roumanie

Andreea et Théodore : créer des synergies entre les différents acteurs de l’ESS

Andreea, Directrice marketing Communication RP et Solidarité chez Carrefour en Roumanie, s'engage avec passion et conviction dans des projets solidaires financés par la Fondation Carrefour. Celle-ci agit autant sur des projets continus tel que l'upcycling avec des invendus que sur des situations d'urgence. Le point de convergence ? Le souci permanent de l'importance de l'environnement !

Théodore est féru de Sciences humaines, et souhaite mêler ses préoccupations personnelles et sociales à son métier futur. Il nous raconte son parcours, qui une fois n'est pas coutume, est inspiré par celui de ses parents !

Andreea, Directrice marketing communication RP

 

Après un baccalauréat à Bucarest, Andreea commence ses études de sciences économiques à... Bordeaux. Revenue en Roumanie, elle complète son cursus avec un master puis un MBA, Elle travaille ensuite quelques années dans une société d’import. En 2000, elle se porte candidate lors de l’arrivée de Carrefour en Roumanie : “j’ai envoyé mon CV à dix minutes de la deadline, sans trop y croire.” Elle y est en poste depuis 2000 et occupe aujourd’hui de nombreuses fonctions en tant que Directrice Marketing, Communication, RP et Solidarité, dynamique commerciale & pricing.

Dès le début, des actions solidaires sont intégrées à la démarche d’implantation de Carrefour dans le pays. “Les besoins étaient immenses et Carrefour a été précurseur dans l’engagement des entreprises. ”Aujourd’hui, le groupe travaille principalement auprès de trois publics : enfants, SDF et séniors isolés. Comme avec Ovidio Ro, un programme d’incitation à la scolarisation des enfants en zone rurale : les familles dont les enfants vont à l’école avec assiduité reçoivent une aide alimentaire sous forme de coupon d'achat. Ayant bénéficié à 1500 enfants, ce programme, financé à hauteur de 600 000 euros par Carrefour et sa fondation, va être étendu au niveau national par le gouvernement roumain. Ainsi les enfants en situation précaire sont scolarisés, mis sur un chemin qui amène plus le succès dans leur vie, leur évitant la délinquance, et en leur donnant la chance d’une vie meilleure !

“Nous sommes en contact de façon hebdomadaire avec les associations partenaires.” Et, si le siège est moteur sur ces sujets, les magasins organisent également des actions solidaires. Comme en mai dernier où une “course aux achats caritatifs” a été organisée au profit de United Way Roumanie. 57 bénévoles et collaborateurs, divisés en équipes de 4, devaient remplir leurs caddies de biens de première nécessité. Cette course solidaire a permis de donner l’équivalent de 13 000 euros de produits dans un seul hypermarché du nord de la Roumanie.

 

 

Au-delà des rencontres avec les partenaires (Croix-Rouge – pour les banques alimentaires, Unicef…), l’accompagnement et le suivi des projets occupent une large part de la journée de travail, laquelle peut avoir sa part d’imprévu. En effet, les actions de Carrefour Roumanie sont connues et “quand une situation d’urgence se présente (inondations…), nous sommes sollicités pour envoyer des biens de première nécessité.  Nous avons un hypermarché à côté de l’aéroport, il arrive souvent que les hélicoptères de la presse qui partent sur zone emportent des denrées données par Carrefour. En une heure tout est prêt. ”

Ce type d’événement est l'exemple même du rôle d’Andreea : “La Roumanie a beaucoup de liens avec la France: notre code civil est inspiré du vôtre. Carrefour est un leader dans son domaine et je pense qu’il nous faut donner l’exemple aussi sur des sujets comme celui de la solidarité.” Cette volonté s’illustre jusqu’aux caisses des magasins avec un programme permettant aux clients de donner des denrées non périssables toute l’année, avec la Croix Rouge et ce depuis 7 ans. Les employés du de Carrefour Roumanie sont également intégrés aux actions (appels aux dons de jouets pour Noël destinés aux enfants défavorisés etc.).

Non contente d’accompagner les associations et de répondre aux situations d’urgence, Andreea travaille également en amont des problèmes. “Les inondations sont un problème récurrent, notamment à cause de la déforestation sauvage, qui par ailleurs endeuillent le pays. Nous avons donc lancé un programme sur ce sujet avec le WWF pour protéger 20 000 hectares de forêt vierge.”

Avec Ateliers Sans Frontières, c’est une démarche d'upcycling qui a été mise en place. L’association récupère et valorise dans le cadre d’ateliers d’insertion par le travail (confection de sacs à partir de bâches publicitaires, de compostes) fait à partir de fruits et légumes invendus…transformés en engrais agricole. Ces produits sont ensuite proposés en magasins et/ou à la vente à de diverses occasions.

Toutes les composantes du groupe sont ainsi mobilisées tout au long d’une véritable chaîne de solidarité !

 

TEMOIGNAGE
"Je crois beaucoup au pouvoir de la conviction"

 

Et Andreea d’insister : “je crois beaucoup au pouvoir de la conviction par l’exemplarité et Carrefour communique à l’interne et à l’externe pour inciter chacun à agir à son niveau. Nous faisons tout cela avec conviction et passion. Cela va plus loin que le simple travail.”  Et l’entreprise de mobiliser ses magasins avec des stands de sensibilisation à l’environnement déployés cette rentrée. “Une entreprise n’existe qu’à travers les gens qui y travaillent et Carrefour a l’ambition d’agir au service des communautés où le groupe est implanté. Nous traduisons tout cela aussi ici, en Roumanie.”

 

Théodore, M2 Responsabilité Sociale des Entreprises à Paris-Dauphine

 

Au sortir du bac, et à rebours de beaucoup de jeunes de son âge, Théodore décide de suivre la trace de ses parents. “Ils travaillent tous les deux dans le domaine de l'économie sociale et solidaire et je voulais vraiment continuer dans cette voie pour allier l’économique au social.” C’est dans cette optique que Théodore a intégré le master Responsabilité Sociale des Entreprises de l’Université Paris-Dauphine tout en suivant un master de philosophie politique et éthique à la Sorbonne. “Je suis très intéressé par les sciences humaines car elles montrent l’imbrication du social et de l’économique tout au long de l’histoire de l’humanité.” Cette passion pour l’étude des sociétés se retrouve dans sa lecture du portrait d’Andreea. “Ce qui est frappant dans ce témoignage c’est précisément la multitude d’acteurs avec lesquels l’entreprise interagit depuis son implantation.”

Au-delà de cette dimension sociétale, c’est aussi sur un plan personnel que Théodore s’identifie à l’expérience d'Andreea. Lors de son année de césure en 2017, il a intégré l’équipe de la Chambre de Commerce Franco-Birmane à Rangoon. “Encourager le développement économique dans une ancienne dictature de surcroît de façon responsable est extrêmement difficile” indique-t-il. “Toute installation économique doit se faire en respectant les particularismes du pays : c’est une rencontre”. Dans ce cadre, le programme pour l’éducation des enfants roumains qu’a lancé la Fondation Carrefour résonne tout particulièrement. “Je me réjouis de cette chaîne de solidarité en train de se créer dans le pays.”

 

Autres projets